Notre engagement en tant qu’entreprise funéraire
est de vous permettre d’offrir à vos proches des funérailles à leur image.

Avis de décès

Monsieur André Blanchard

1941 – 2018

Aller au bout de ses rêves, ne jamais abandonner, se dépasser.

Ces valeurs, André Blanchard a su les transmettre à ses enfants, François, Hélène et Normand – ceux qu’il surnommait « ses amours » –, à ses petits-enfants, de même qu’à plusieurs générations de jeunes à qui il a enseigné. Ces valeurs, il les partageait aussi avec sa complice de tous les instants, son épouse, Suzanne Labelle.

Pédagogue passionné, André Blanchard a communiqué pendant trente-cinq ans ses connaissances de la mécanique automobile, d’abord à l’École des métiers de l’équipement motorisé de Montréal, puis à l’école secondaire Henri-Bourassa, située à Montréal-Nord.

« L’enseignement, c’était toute sa vie », diront ses enfants.

Même à la retraite, André est demeuré très impliqué dans sa communauté, notamment en tant que commissaire scolaire pendant dix-sept ans à la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île.

André s’est également engagé auprès de l’Association des retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec (AREQ). Ces activités l’ont amené à siéger à différents conseils d’administration et comités, ce qui lui a permis de contribuer au mieux-être de sa collectivité.

L’éducation, une valeur fondamentale

Né en 1941 à Valcourt, un petit village de la région des Cantons-de-l’Est où les gens travaillent fort[1], André est le troisième d’une famille de neuf enfants. Ses parents, Marie-Jeanne et René, vivent modestement, mais ils sont animés de bonnes valeurs et encouragent leurs enfants à poursuivre leurs études afin de leur offrir un avenir meilleur.

Dès l’âge de 15 ans, André quitte la maison qui l’a vu grandir pour s’installer à Sherbrooke, au presbytère de la paroisse Saint-Jean-de-Brébeuf, où son oncle Lucien Blanchard deviendra curé. Il y vit également avec sa grand-mère Blanchard et sa tante Gertrude.

L’adolescent complète des études à l’Institut de technologie. Diplôme en poche, il part travailler à Montréal comme mécanicien jusqu’à ce qu’il apprenne par l’un de ses anciens professeurs de Sherbrooke que l’École des métiers de l’équipement motorisé recherche des enseignants. André obtient un poste et y travaille pendant quatorze années.

En 1974, il va enseigner à l’école secondaire Henri-Bourassa de Montréal-Nord. Il est heureux de pouvoir rapprocher son lieu de travail de sa petite famille qui habite ce quartier.

Généreux de son temps, souriant et accueillant, André Blanchard adore les jeunes et sait leur parler. Certains d’entre eux vivent un parcours difficile. André ne les juge pas. Avec sa sagesse et sa force tranquille, il influence la trajectoire de plusieurs élèves en les encourageant à poursuivre leurs études vers une formation professionnelle, une voie en laquelle il croit beaucoup.

« Je suis fier de lui. Il était heureux de rendre service, d’améliorer la société et de participer à la réussite scolaire», raconte Suzanne Labelle, grande complice d’André qui a partagé sa vie pendant cinquante-trois ans. « On s’aimait beaucoup, un simple regard et on se comprenait », ajoute-t-elle.

Mari exceptionnel, père attentif et présent, il sera un grand-père proche de ses petits-enfants. Lorsque, en 1990, la maladie s’invite sous forme d’arthrite rhumatoïde, André Blanchard ne s’apitoie pas, il s’élève au-dessus des difficultés et fait face aux ennuis de santé avec son éternel optimisme.

En 2003, lorsqu’il fait son premier infarctus, qui aurait pu lui être fatal, il conserve cette confiance en la vie et sera reconnaissant. Ce battant symbolisera la force et le courage.

Hospitalisé pour une pneumonie, André Blanchard est décédé d’un infarctus le soir du 1ernovembre 2018. Il s’est éteint comme il a vécu, en homme serein et bon.

« Quand nous pensons à notre père, nous voyons un homme bon qui était grandement apprécié par son entourage, racontent ses enfants. Plusieurs anciens élèves nous ont fait de beaux témoignages à son sujet. »

André aimait tendrement son épouse, Suzanne, ses enfants, François, Hélène (Jean-Luc Bouchard) et Normand (Véronique Gravel), ses petits-enfants : Marie-Hélène, Jean-Philippe, Annie-Pier, Sarah-Jade, Rosalie et Henri, ainsi que ses sœurs, ses frères, ses neveux, ses nièces et de nombreux parents et amis.

Une cérémonie en hommage à monsieur André Blanchard aura lieu le 8 décembre 2018 à 11h en l’église Christ-Roi, située au 330, rue Papineau, à Joliette.  La famille recevra les condoléances à compter de 10h à l’église Christ-Roi. Les marques de sympathie peuvent se traduire par des dons à la Fondation de l’Institut de cardiologie de Montréal.

Contactez-nous